Colloque La lutte contre les mutilations sexuelles féminines

Circulation des savoirs entre recherche,

médecine et monde associatif

Mercredi 2 mars 2016, 9h30-18h

Amphi X, Université Paris8-Vincennes

Argumentaire

 

 Les luttes contres les mutilations sexuelles féminines (MSF) se multiplient et pourtant les MSF touchent encore 200 millions de femmes dans le monde. Ces mutilations – clitoridectomie, excision et infibulation – font partie du continuum des violences physiques et psychologiques faites aux femmes dans le cadre de sociétés patriarcales, au sein desquelles le contrôle de la sexualité des femmes est un enjeu de première importance. Sous l’effet de mobilisations émancipatrices, en Afrique, au Moyen-Orient, en Europe et en Amérique du Nord, les MSF ont été fortement mises en cause ces dernières décennies aussi bien du point de vue des conséquences en terme de santé des filles et des femmes, que de celui des rapports de genre que ces pratiques (re)produisent.

En France, la création en 1982 de la Commission pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles (CAMS), de la fédération Groupe pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles féminines, des mariages forcés et autres pratiques traditionnelles néfastes à la santé des femmes et des enfants (GAMS), et plus récemment de l’association Excision, parlons-en !, de l’Institut en Santé Génésique et d’équipes médico-sociales, montrent la vivacité de cette mobilisation sur le territoire.

Cependant, nous pouvons nous demander si les savoirs accumulés sur les terrains de l’action sociale, associative, militante, médicale et de la recherche interdisciplinaire circulent correctement entre ces sphères. Peut-on aujourd’hui parler d’une lutte coordonnée, au niveau international comme national ? Quelle place la communauté universitaire, étudiant-e-s et chercheur-e-s, peut-elle prendre au sein de ce combat  ?

 

Programme

2 mars 2016, Amphi X, Université Paris8

 

-sous réserve de légères modifications-

 

 

Ouverture

9h30 : Nadia Setti (Professeure, Paris8, LEGS) et Danièle Rosenfeld-Katz (Chargée de mission égalité femmes-hommes et parité, Maîtresse de Conférences, Paris8, LEGS)

 

# Table ronde 1

10h-12h30, Discutante : Annie Benveniste (Maître de Conférences HDR, Paris8, LEGS)

 

Isabelle Gillette-Faye (Présidente du GAMS) : Les synergies entre société civile et milieu de la recherche dans la prévention des MSF en France, à partir de l’expérience du GAMS, depuis 1982 jusqu’aujourd’hui.

Tobe Levin Von Gleichen (IGS University of Oxford, The Hutchins Center for African and African American research, Harvard University) : Aspects de la lutte contre les mutilations sexuelles féminines en Angleterre et en Allemagne.

Marion Schaefer (Déléguée générale d’Excision, parlons-en !) et Moïra Sauvage (Présidente d’Excision, parlons-en !)  : Excision, parlons-en !, l’action en réseau pour mettre fin à l’excision.

 

# Table ronde 2

14h-15h30, Discutante : Nadia Setti (Professeure, Paris8, LEGS)

 

Docteure Ghada Hatem (Médecin cheffe de la maternité de l’hôpital Delafontaine, Saint-Denis) : Création d’une unité de prise en charge des mutilations sexuelles.

Amma Anane Agyei (Coordinatrice LBTH Trainer, Consultant, registered Expert witness Assessor, African Families Service Tower Hamlets Londres) : Africans in Europe : challenges for statutory institutions. -traduction simultanée prévue-

 

15h30-16h : Café

 

# Table ronde 3

16h-17h30, Discutante : Hélène Marquié (Maître de Conférences HDR, Paris8, LEGS)

 

Maitre Linda Weil-Curiel (Avocate, CAMS) et Choralyne Dumesnil (Docteure en droit, Avocate élève) : Discussion créatrice : avocates contre les mutilations sexuelles féminines

Frédérique Martz (co-fondatrice et directrice de l’Institut en Santé Génésique) : De l’engagement vers la réparation à la réalité d’une prise en charge...

 

Conclusion du colloque

 

17h30-18h : Hélène Nicolas (Maître de Conférences, Paris8, LEGS) et Marie Leroy (Chargée de mission droits des femmes, Ville de Saint-Denis)

Séminaire 29 mars. Le berceau des dominations. Anthropologie de l’inceste, Livre 1.

Présentation de l’ouvrage de Dorothée Dussy, "Le Berceau des dominations
Anthropologie de l’inceste. Livre 1"

Mardi 29 mars, 15h-18h, Salle D143
Université Paris8-Vincennes

Dorothée Dussy présentera « Le berceau des dominations, anthropologie de l’inceste, livre 1 », premier opus de sa trilogie sur l’inceste.
Ce travail se situe parmi les différents chantiers de recherche qu’elle a menés à Nouméa (Nouvelle-Calédonie), à Montréal (Québec) et en France, dans le but de comprendre le décalage entre le discours et les pratiques sociales réelles. Il montre comment, dans les familles françaises, et généralement en Occident, la sexualité avec des enfants de la famille est courante et tolérée alors même qu’elle est en principe totalement interdite par une série de lois civiles et de loi sociales.
Dorothée Dussy nous invite ainsi à penser anthropologiquement l’espace domestique et la famille, la socialisation, l’habitus, l’incorporation de la grammaire sociale, la violence comme rapport social, le sexage, l’élevage et le consentement.

Discutante : Miléna Younès-Linhart.
Organisé dans le cadre des séminaires du LEGS et du séminaire « Vers une anthropologie critique ? » (Hélène Nicolas, Paris8)

2 rue de la Liberté, 93200 Saint-Denis, Métro ligne 13, arrêt Saint-Denis Université
ENTRÉE LIBRE – se munir d’une pièce d’identité (plan vigipirate en cours)

Corps, Sexe, Genre : le traitement du corps dans les études de genre

Séminaire intensif d’Anne Berger, 17-24 mai

Séminaire Intensif d’Anne Berger :

 “Corps, Sexe, Genre : le traitement du corps dans les études de genre”.

Le cours aura lieu du 17 au 24 mai inclus 9h30-12h-30- 14h-16h30.

Le "corps" a longtemps constitué un sujet qui fâche et une butée épistémologique pour les études de genre, attelées qu’elles étaient d’abord à démontrer le rôle des constructions historiques et sociales dans le façonnement des genres, et à débusquer les logiques de naturalisation de hiérarchies, de traits, de positions et de phénomènes attribuables en réalité à la partition sociale des genres. La mise en question de la réduction du corps au "sexe", le réexamen de la notion de "bios" à la triple lumière de la biopolitique, de la bioéthique et des biotechnologies, enfin, les différents modes de reconceptualisation de la sexualité ont permis de réouvrir la question du corps, sans qu’on puisse y voir un "retour du (ou au) naturel". 

Du corps jouissant des années soixante-dix au corps transmorphique contemporain en passant par le corps "cyborgien" des années quatre-vingt-dix, ce séminaire proposera une histoire analytique du corps et des corps en études de genre.

 

Programme de lectures (sélection) :

 

 Beauvoir (de), Simone : "Le point de vue de la biologie", in Le Deuxième Sexe, vol.1.

Butler, Judith : "Le phallus lesbien"in Ces corps qui comptent.

Cixous, Hélène : Le rire de la Méduse.

Foucault, Michel : Histoire de la sexualité. Volume 1, La Volonté de savoir.

Haraway, Donna : Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature, trad. Oristelle Bonis, Éditions Jacqueline Chambon, 2009

Irigaray, Luce : extraits deJe, Tu, Nous. Pour une culture de la différence.

Laplanche, Jean : "Pulsion et instinct" in Sexual. La sexualité élargie au sens freudien.

 

Journée d’étude genre, violences de guerre et résistances dans les conflits actuels au Moyen-Orient

PROGRAMME DE LA JOURNEE « Genre, violences de guerre et résistances dans les conflits actuels du Moyen-Orient. 15 avril 2016. Amphi X, Université de Paris 8.

9 h 30 : Accueil.

9 h 45-10 heures : Introduction par Valérie POUZOL (Université de Paris 8, UMR 8238) et Carol MANN (UMR 8238 et Directrice de Women in War)

ÉCRIRE UNE HISTOIRE DES VIOLENCES DE GUERRE LIÉES AU GENRE

10 heures-10 h 25 : Jane FREEDMAN (Université de Paris 8, CRESPPA) : Conflits, crise et réfugié-e-s en Europe

10 h 25 – 10 h 50 : Leyla BORAN (Assemblée des femmes yézidies kurdes) : Femicide in today’s reality ».

10 h 50-11 h 15 : Zeynep KIVILCIM (Université d’Istanbul) : Les femmes syriennes et les LGBTI réfugié-e-s en Turquie.

11 h 35-12 heures : Violaine GAGNET (Directrice Urgences Humanitaires/ CARE) : État des lieux de la situation des femmes en situation de conflit et réponses humanitaires : crise syrienne et Palestine.

12 heures-12 h 25 : Hanah RAWASHDEH (Gynécologie sans frontières) : Prendre en charge les femmes sur les routes de la guerre.

Après-midi

RÉSISTANCES ET ENGAGEMENTS DE FEMMES DANS LES CONFLITS

ACTUELS (IRAK, ENTITÉS KURDES, YÉMEN, SYRIE)

Discutant : Olivier GROJEAN (Université de Paris I)

14 h 15-14 h 40 : Carol MANN (LEGS, Women in War) : l’expérience des femmes combattantes : de Daech au Rojava.

14 h 40-15 h 05 : Lecture d’une présentation de Zahra ALI (SOAS) Fragmentation de l’Irak et attaques contre les droits des femmes : état des lieux.

15 h 05-15 h 30 : Maggy GRABUNZIJA (Docteure de l’EHESS, chercheure indépendante) :

Quelle participation des femmes dans la lutte pacifique et armée au Yémen (2011-2016) ?

Pause :15 h 30-15 h 50

Discutante : Atieh ASGHARZADEH (CADIS)

15 h 50-16 h 15 : Pinar SELEK (écrivaine et sociologue) : Résistances des mouvements féministes face à la violence extrême de guerre.

16 h 15-16 h 40 : Valérie POUZOL (Paris 8, LEGS) : Les luttes non-violentes de femmes en Israël et en Palestine : un éternel recommencement (1987-2016) ?

Discussion et bilan de la journée (16 h 40-17 h 30)

Les féminismes contemporains en contexte globalisé : résistances, militances, rétivités

10H00 Accueil des participant-e-s

10H15 Zakia SALIME, Université de Rutgers USA/Université de Paris 8 : présentation (en français) : Between Feminism and Islam : Human Rights and Sharia Law In Morocco, (University of Minnesota Press, 2011)
[Entre le féminisme et l’Islam : droits de l’homme et sharia au Maroc]

10H45 Anne QUERRIEN (Revue Chimères) & Monique SELIM (Université Paris Diderot/INALCO/IRD) : Présentation de La libération des femmes : une plus-value mondiale, (L’Harmattan, 2015)
11H15 Questions

Pause déjeuner

Discutante : Hélène NICOLAS

14H00 Ilana ELOIT (Doctorante, London School of Economics) : Creux de la vague féministe et préhistoire d’une pensée lesbienne
intersectionnelle dans les années 1980

14H30 Ouerd ia BEN MAMAR (Doctorante, UMR LEGS, PARIS-PARIS Ouest-CNRS ) : Le Tahrir du féminisme ou le féminisme de Tahrir ?
15H15 Questions et conclusions

Venue du défenseur des Droits, J. Toubon, lundi 2 mai

Jacques Toubon, Défenseur des droits, viendra parler de sa fonction (en particulier, la lutte contre les discriminations), et de son action (de Calais aux Roms, en passant par l’état d’urgence).

Lundi 2 mai à 18h, dans l’amphithéâtre D001, Paris-8

Motion de soutien du LEGS au Collectif des précaires de l’ESR

Le LEGS (Laboratoire d’Études de Genre et de Sexualité), Unité Mixte de Recherche 8238 du CNRS, réuni ce lundi 20 juin 2016 en Assemblée Générale, a adopté à l’unanimité la motion suivante :

Le LEGS partage pleinement le diagnostic du « Collectif des travailleur.e.s précaires de l’ESR » concernant la précarité dans le secteur de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, en constante aggravation ces dernières années au fil des réformes et des baisses de financements qui l’affectent, et soutient ses revendications. Nous sommes profondément préoccupé.e.s par les conditions de travail désastreuses des personnels maintenus dans la précarité (BIATS, doctorant·e·s, docteur·e·s sans postes, vacataires et contractuel.le.s, ATER, stagiaires, …), qui ont d’ailleurs des retombées sur la qualité de notre travail à tou.te.s.

En tant que laboratoire d’études de genre et de sexualité, nous savons aussi que la précarité touche davantage les femmes et les minorités sexuelles, et pénalise les doctorant.e.s et docteur.e.s investi.e.s dans des domaines émergents ou interdisciplinaires comme le genre. Elle fait le lit du harcèlement sexuel en accroissant les inégalités statutaires et la dépendance.

Les politiques d’ESR menées depuis des années, et qui se durcissent aujourd’hui, mettent les laboratoires dans une position ambiguë : d’un côté, nous déplorons la précarisation constante du travail d’enseignement et de recherche ; de l’autre, nous y contribuons malgré nous. Nous dénonçons avec force la contradiction qui nous est imposée.

Au lieu de nous contenter de gérer la précarité, nous revendiquons de la combattre aux côtés des précaires dans les mobilisations actuelles et à venir.
 

L’Assemblée Générale du LEGS, le 20 juin 2016, Ivry-Sur-Seine

Le / la biopolitique : sens, usages, limites ou contestations du terme dans le champ de la réflexion sur le genre et les sexualités, 2016-2017

 

 

 

Le / la biopolitique : sens, usages, limites ou contestations du terme dans le champ de la réflexion sur le genre et les sexualités.

Séminaire doctoral ouvert à tout public proposé par l’UMR LEGS 8238 (Laboratoire d’études de genre et de sexualité) et le département d’études de genre/ Centre d’études féminines et d’études de genre de l’université Paris 8 Vincennes. Ce séminaire est animé par Anne E. Berger en collaboration avec d’autres enseignant-e-s du Centre et de l’équipe.

Les séances ont lieu le vendredi une fois par mois de 16h à 18h30. Lieu : Université Paris 8, bâtiment D, salle D 143 (à confirmer).

 

La notion de “biopolitique” élaborée par Foucault propose une articulation inédite entre “bios” et “polis”, la vie ou le vivant et le politique. D’autres philosophes (Agamben, Derrida, Esposito, mais aussi des philosophes féministes comme Judith Butler, Donna Haraway ou Penelope Deutscher) s’en sont emparés ou s’y sont confrontés. Si tout ce qui se rapporte aux modes de gestion passés et présents de la vie et de la mort, en Occident ou ailleurs, a pu être examiné et repensé à ce titre, la notion de biopolitique a aussi permis de revisiter à nouveaux frais, en l’historicisant et la politisant, la question du "biologique" et, avec elle, celle du corps sexué et/ ou ou genré, longtemps tenue pour un sujet qui fâche au sein des études de genre.

Ce séminaire s’inscrit dans la continuité du séminaire LEGS 2015-16 sur le même sujet. Place y est faite à des questionnements divers, à la croisée de plusieurs disciplines : politiques du corps et de la procréation, de l’invention de la "bioéthique" aux différents débats sur la procréation médicalement assistée ; politiques de santé publique ; conceptions et traitements socio-politiques des différents "âges de la vie" ; examen des frontières conceptuelles et politiques qui séparent l’humain de l’"animal" ou encore le corps admis du corps abject dans tel ou tel régime biopolitique, et bien d’autres encore...

 

Calendrier du séminaire 2016-2017

 

Vendredi 18 novembre : Fabienne Brugère, philosophe, Directrice de l’EA LLCP, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

 

 

Vendredi 9 décembre : Judith Revel, philosophe, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, membre de l’EA Sophiapol

 

Vendredi 24 février : Rosi Braidotti, philosophe, Directrice du Centre des Humanités, Université d’Utrecht, Pays-Bas (à confirmer)

 

Vendredi 24 mars : Marie-Dominique Garnier, professeure de littérature anglaise et d’études de genre, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, membre de l’UMR LEGS

 

Vendredi 19 mai : programme à préciser

 

 

 

Penser le sexuel entre psychanalyse et études de genre. Séminaire doctoral, 2016-2017

Penser le sexuel entre psychanalyse et études de genre

Séminaire doctoral croisé UMR LEGS 8238 (Laboratoire d’études de genre et de sexualité)/ EA 4007 (La section clinique)
proposé et animé par Fabian Fajnwaks (Section Clinique) et Anne E. Berger (LEGS)

Lundi 18h-20h à la Fondation Robert de Sorbon, Bibliothèque - 5ème étage, 214 Bd Raspail, 75014 Paris

Le séminaire est ouvert à tout public.

Programme 2016 -2017 :

Lundi 14 novembre : Fabrice Bourlez. Docteur en philosophie. Enseignant à l’ESAD (Reilms) ; psychanalyste.

Lundi 5 décembre : Stella Harrison. Psychanalyste ; membre de l’Ecole de la Cause freudienne et de l’association Mondiale de psychanalyse.

Lundi 20 février : Monique David-Ménard, philosophe et psychanalyste, professeure émérite de psychopathologie Clinique, Université Paris-Dierot, ancienne directrice du Centre d’études du vivant.

Lundi 6 mars : Pierre-Gilles Guéguen, psychanalyste, anciennement maître de conférence au département de psychanalyse, Université Paris 8 Vincennes.

Lundi 24 avril : Michel Tort, psychanalyste, professeur émérite de psychopathologie Clinique, Université Paris-Diderot.

Lundi 22 mai : Deborah Gutermann, historienne, maîtresse de conferences au département de psychanalyse, Université Paris 8 Vincennes.

Lundi 19 juin : à préciser

Contact :

legs@cnrs.fr

 

 

PROGRAMME / AFFICHE :

 

PDF - 2 Mo

Séminaire ouvert au public

 

Lieu : Fondation Robert de Sorbon, 214 Boulevard Raspail, 74014 Paris, metro Vavin

Colloque Mutantes/Vampires

Vous trouverez ci-joint le programme et l’affiche du colloque :

PDF - 160 ko

 

Séminaire genre et conflit armé

Calendrier du séminaire :

 

Exceptionnellement vendredi 28 octobre  : Réflexions genrées sur les questions turque et kurde avec Engin Sustam, Université de Genève et Betül Yarar, chercheure invitée de Paris 8

lieu : Université Paris 8, St. Denis (Métro Saint-Denis Université) Salle A à Ivry

 

Jeudi 17 novembre  : Résistances afghanes et iraniennes avec Fakhera Moussavi, doctorante à l’Université de Lyon et Atieh Ashgharzadeh (CADIS)

lieu : local du LEGS à Ivry

 

Jeudi 8 décembre  : Les combattantes dans les groupes armés : le cas du FARC, Elodie Gamache, doctorante à Paris III et les combattantes kurdes du Rojava, Carol Mann (Paris 8, Women in War)

lieu : local du LEGS à Ivry

 

Jeudi 26 janvier : Hypermilitarisation du quotidien et de la mode : Alice Pfeiffer, rédactrice en chef d’Antidote, journaliste de mode au Monde.

lieu : Université Paris 8, St. Denis (Métro Saint-Denis Université) salle B106

 

Jeudi 23 février  : Droits humains depuis la chute de l’URSS et en particulier la dimension du genre dans la guerre en Ukraine avec Ella Lamakh (NAPA, National Academy for Public Administration/Centre of Democracy Development, Kiev)

lieu : Université Paris 8, St. Denis (Métro Saint-Denis Université), salle G-2 (en sous-sol)

 

Jeudi 23 mars  : Culture queer, culture racisée en France face aux conflits armés(Didier Fassinetintervenant.e.s à préciser)

lieu : Université Paris 8, St. Denis (Métro Saint-Denis Université) salle G-2 (en sous-sol)

 

Jeudi 27 avril : L’accès à la justice après les génocides et les massacres à grande échelle, la perspective du genre : le cas du Rwanda et du RDC et les Yezidis en Syrie Sareta Ashraf (experte auprès des Nations Unies, Genève) suivie Les femmes dans le processus de paix en Colombie Valérie Pouzol (Paris 8)

lieu : Université Paris 8, St. Denis (Métro Saint-Denis Université) salle G-2 (en sous-sol)

 

Jeudi 16 mai  : L’interdit de la problématique du genre dans la Russie et en particulier le Caucase actuel : Nona Shahnazarian, Institut d’Ethnographie et d’Archéologie, Université d’Erevan

lieu : Université Paris 8, St. Denis (Métro Saint-Denis Université) salle G-2 (en sous-sol)

Appel à mobilisation pour les études de genre

Cher-e-s ami-e-s, cher-e-s Collègues,


l’accession possible de François Fillon à la présidence de la République française fait augurer des jours difficiles pour les droits des femmes et des minorités sexuelles.

L’expression publique de la réticence de Monsieur Fillon à l’égard du droit à l’avortement ; son indifférence notoire à l’égard du principe d’égalité entre les femmes et les hommes (il n’a pas voté la loi d’août 2014) ; le soutien politique des animateurs de “La Manif pour tous” à celui qui vota naguère contre la dépénalisation de l’homosexualité puis contre le PACS ; le recul annoncé du droit des minorités sexuelles à l’égalité devant la filiation (interdiction de la PMA pour les couples lesbiens, abrogation de l’adoption plénière), sont autant d’indications de ce qui menace dans ce domaine, comme dans d’autres.

L’heure nous paraît grave.Rien n’est jamais acquis en matière de droits. Avec le retour d’un ordre moral et familial d’un autre âge, c’est aussi, nous le savons, la réflexion et la recherche qui accompagnent et justifient le progrès de l’égalité des sexes et des sexualités qui se trouvent menacées. C’est l’existence et la légitimité du champ scientifique des études de genre qui pourraient être remis en question. 

Aussi en appelons-nous à votre vigilance active. 

Mobilisons-nous dès maintenant contre ce qui s’annonce. Et s’il ne nous appartient pas de suggérer telle ou telle stratégie électorale, du moins vous invitons-nous à faire ce qui vous paraitra efficace et juste pour tenter d’éviter ce sombre scénario.

Anne E. Berger, professeure de littérature française et d’études de genre, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis Directrice de l’UMR LEGS (Laboratoire d’études de genre et de sexualité, CNRS/ Paris 8/ Paris Ouest)

 Sandra Laugier, professeure de philosophie, Université Paris I Panthéon Sorbonne, Présidente du Comité Directeur du GIS Institut du Genre CNRS/   Universités

ROMS/GITANXS : REPRÉSENTATIONS ET GENRE

Vous trouverez ici le pgm du colloque :

PDF - 3.2 Mo

Séminaire "Engagement et recherches", les mercredis (avril et mai 2017), 12h-18h, salle B237, Paris8

Séminaire organisé dans le cadre du séminaire "Vers une anthropologie critique ?", département d’études de genre, Paris8/LEGS

 

 

PDF - 320.9 ko

Ce séminaire souhaite interroger les liens entre engagement politique et recherches en sciences humaines et sociales. Les connaissances produites en anthropologie et au sein des SHS peuvent-elles servir à un changement social émancipatoire, à quelles conditions et dans quelles limites ? Quels liens nos savoirs entretiennent-ils avec les mouvements militants ? Comment ces liens complexes se déploient-ils lors des choix de sujet, pendant l’enquête et lors de la publication de la recherche ? À quels enjeux, potentiellement conflictuels, nous affrontons-nous lorsque nous nous engageons dans des sciences critiques ? C’est de cet ensemble – non exhaustif – de questions dont nous allons débattre.

Organisé par les étudiant-e-s du cours « Vers une anthropologie critique ? » et coordonné par Hélène Nicolas, Département études de genre.

 

5 avril 2017

Alain Giami (directeur de recherche en SHS, INSERM, Université Paris-Sarclay) : « Construire une recherche en partenariat avec la population concernée : santé et citoyenneté des personnes trans »

 

19 avril 2017

Marjorie Gerbier-Aublanc (socio-anthropologue, LAUM/IIAC, EHESS) : « Quand l’enquête de terrain suscite l’indignation de l’ethnologue : des enjeux d’une anthropologie critique aux responsabilités de l’intellectuelle »

Karine Espineira (Post-doctorante en études de genre à l’Université Paris 8, LEGS, et Université de Nice Sophia Antipolis, LIRCES) : « Recherche et engagement politique : des savoirs-situés en tension ? »

 

26 avril 2017

Jules Falquet (sociologue, Paris 7 Diderot, CEDREF-LCSP) : « L’éthique de la recherche sur les mouvements sociaux : réflexions féministes »

Assia Zaino (historienne, auteure du livre « Des Hommes entre les murs ») : « Enquêter en Palestine : entre recherche et engagement »

 

3 mai 2017

Nelly Quemener (Université Sorbonne Nouvelle, IRMECCEN) : « Critique queer et représentations médiatiques »

Cagla Aykac (sociologue, collaboratrice à l’Université de Genève et de Lausanne) : « Sur l’impossibilité de la neutralité »

Manuella Salcedo (docteure en sociologie, EHESS, IRIS) : « Affection de la chercheuse, émotions du terrain. Enquête auprès des couples binationaux de même sexe et de sexe différent »

 

Séminaire ouvert à toutes et tous

Université Paris8-Vincennes, 2 rue de la Liberté, 93200 Saint-Denis,

Arrêt Saint-Denis Université, Ligne de métro 13

 

 

JE Genre, féminismes et postcolonialité, 28 avril 2017


Journée d’étude « Genre, féminismes et postcolonialité »

Le 28 avril, salle G-002, Université Paris8 Vincennes, 9h - 18h30

 

Ces dernières années en France, des féminismes émergents, inspirés notamment des études postcoloniales, mettent en questionnement le féminisme occidental dans ses aspects majoritaires et dominants. Si les luttes et études féministes, de genre et sexualités font une place grandissante à la question décoloniale, l’accent est fréquemment mis sur les théories issues des États-Unis, et autres pays anglophones, ignorant trop souvent la réflexion menée de longue date par les artistes, militantes et chercheures des pays anciennement colonisés par la France et/ou racisées en France (par exemple Thiam 1976, Agbessi-Dos, Diarra et Michel 1981, Mernissi 1985, Condé 1986). C’est dans la perspective de contribuer à la visibilité des féminismes et luttes LGBT+ minoritaires actuels dans l’espace postcolonial francophone, que l’organisation d’une journée d’étude s’est imposée. Elle propose d’analyser l’expression de ces féminismes et luttes LGBT+ dans l’espace public, tout en interrogeant son articulation militante, universitaire, artistique et littéraire, sous quatre angles.

La table ronde « Sexualités et postcolonialité » souhaite faire discuter des activistes LGBT+ et des chercheur-e-s sur les questions sexuelles. Les luttes LGBT+ et les études sur les sexualités en France comme à l’international, sont-elles exemptes de reproduire des rapports de domination (néo)coloniaux, dans les discours comme dans les pratiques ? Quelles voix dessiner pour des recherches et des luttes adoptant une approche décoloniale ? Dans un second temps nous interrogerons des artistes et intellectuelles sur leurs pratiques et « traditions » théoriques féministes inscrites dans une démarche de décoloniser les savoirs. Que/comment faire lorsque les espaces institutionnels universitaires et/ou artistiques se montrent hermétiques aux réflexions postcoloniales ? Comment élabore-t-on un contre-discours aux « technologies » de l’Empire (Foucault, De Lauretis) et comment se faire entendre ? Nous nous intéresserons également aux rapports étroits entre intersectionnalité et postcolonialité. L’intersectionnalité, concept pratique qui croise une pluralité de logiques de domination, pose la question des catégorisations et de ses croisements, dans la recherche comme dans les luttes féministes. Dans le dernier panel, « Résistances féministes dans l’espace public », il sera question d’analyser les stratégies de résistance des femmes en contexte postcolonial.

En conclusion de la journée, nous mènerons une réflexion quant à la création et /ou le développement de réseaux féministes post/dé/coloniaux existants et ou à venir.

 

PROGRAMME

  

9h : Accueil des participant-e-s

 

9h30 - Table ronde : Sexualités et postcolonialité

Animée par Hélène Nicolas, militante féministe, MCF en anthropologie du genre, Paris 8/ LEGS

 

Salima Amari, docteure en sociologie, Paris 8, GTM / CRESPPA

Marien Gouyon, docteur en anthropologie sociale, EHESS

Lamia Yousfi, doctorante en sociodémographie, Paris Nanterre, GTM / CRESPPA.

Sabreen Al’Rassace, activiste féministe lesbienne, co-fondatrice des Lesbiennes Of Color (LOCs) et réalisatrice de documentaire

 

11h - Décoloniser les savoirs et les arts

Discutante : Kamila Bouchemal, docteure en littérature comparée Paris 8, LEGS

 

Gerty Dambury, Dramaturge, metteuse en scène, romancière et poétesse, membre du collectif Décoloniser les arts : Voix oubliées, voix ignorées : redonner la parole aux militantes noires. Le cas de Claudia Jones.

Marine Bachelot Nguyen, autrice et metteuse en scène (compagnie Lumière d’août), membre des collectifs HF Bretagne et Décoloniser les arts : Ecrire et mettre en jeu un féminisme intersectionnel : utopies et écueils.

Nacira Guénif- Souilamas, professeure en sciences de l’éducation, Paris8, EXPERICE : Arts (plats) de résistance/tes : la vache de ma mère.

Victoire Coppet et Fatou Kiné Diouf du Collectif NMXR de Paris 8 : Être militante en contexte universitaire.

 

 

12h30 : Déjeuner

 

14h - Intersectionnalité et postcolonalité 

Discutante : Akila Kizzi, docteure en littérature francophone, Paris 8, LEGS 

 

Akila Kizzi, docteure en littérature francophone, Paris 8, LEGS : Lecture de Fatima Mernissi.

Nassima Moujoud, MCF en anthropologie, Université Pierre Mendès France, Grenoble 2, LARHRA : La fabrique coloniale du genre au Maghreb. La preuve par le Maroc et ses migrant-e-s en France.

Fatima Ait Ben Lmadani, professeure habilitée en sociologie, Institut Des Etudes Africaines, Université Mohammed V-Rabat : Fatema Mernissi et le point de vue situé : jeu de miroir.

Karima Ramdani, docteure en sciences politiques, Paris 8, laboratoire CRESPPA - GTM : Féminisme postcoloniale et « critique multiple » en France. Les féministes « maghrébines » face aux dilemmes de l’émancipation.

 

15h30 – Résistances féministes dans l’espace public

Discutante : Ouerdia Ben Mamar, doctorante en littérature et histoire, Paris 8

 

Fatou Sow, chargée de recherche en sociologie, CNRS, SEDET : "Osez le féminisme ? Les défis pour les féministes en Afrique ?

Zohra Mezgueldi, professeure en études de genre, littérature, Université Hassan II de Casablanca, RUSEMEG : Les études de genre à l’université marocaine : enjeux scientifiques, politiques et sociaux.

 

17h : Conclusion - Débat : quels réseaux féministes postcoloniaux ?

17h30 – Chants

 


Journée organisée par :

Kamila Bouchemal

Ouerdia Ben mamar

Akila Kizzi

Hélène Nicolas

Avec le soutien de :

Université Paris 8 Vincennes – Saint Denis

UMR LEGS – Laboratoire d’études de genre et de sexualité

Cixous : corollaires d’une signature, Colloque international Paris, 14, 15 et 16 juin 2017

Paris, Maison Heinrich Heine, Cité internationale universitaire
14, 15 et 16 juin 2017

Vous trouverez ci-dessous le programme du colloque :

PDF - 327.2 ko

L’art de la greffe dans l’œuvre de Jamaica Kincaid, 19 et 20 mai 2017 : Colloque international

JEUDI 18 MAI 18h -20h Grand-Palais Avenue Winston Churchill, Paris 75008.
VENDREDI 19 MAI 9h- 19h Université Paris 8. 2, rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis Cedex.
SAMEDI 20 MAI 9h- 18h Université Paris Sorbonne. 46, rue Saint Jacques Paris 75005.

PROGRAMME :

PDF - 683.6 ko

JEUDI 18 MAI 2017
18h-20h Visite guidée de l’exposition « Jardins » au Grand Palais, Avenue Winston Churchill, Paris 75008
avec Marc Jeanson, commissaire de l’exposition.

VENDREDI 19 MAI 2017

• Université Paris 8 Saint Denis Bâtiment D salle 003 •

 09h30 Allocution d’ouverture : Nadia Setti (Paris 8)

 10h00 chair : Andrée-Anne Kekeh-Dika (Paris 8)
 Key-note speaker : Carole Boyce Davies (Cornell University, USA)

 11h30 chair : Kathie Birat (Université de Lorraine)
 — Giovanna Covi (Université de Trento, Italie) : Grafting as Joining Together, Grafting as Persistently Flirting : Jamaica Kincaid’s Creolization of Cultures, Narrative and Kinship
 — Jamie Herd (Paris 8)  : Rootstock or Scion : Grafting Radical Difference in Jamaica Kincaid’s See Now Then

12h30 Déjeuner

 14h00 chair : Kerry-Jane Wallart (Paris Sorbonne)
 — Antonia Purk (Université de Erfurt, Allemagne) : Texere : The Handcrafting of the Past in Jamaica Kincaid’s See Now Then’ Retour ligne manuel
 — Kathleen Gyssels (Université d’Antwerp, Belgique) : About Kincaid’s Kins. The Black-Jew Craftswomanship in Caribbean Literature

 15h00 chair : Claire Joubert (Paris 8) Retour ligne manuel
 — Kamila Bouchemal (Paris 8) : Le nom comme une greffe dans les textes de Jamaica Kincaid Retour ligne manuel
 — Josette Spartacus (chercheuse indépendante) : Grafting and Graphing : Jamaica Kincaid’s Dialogic Garden Memoirs Retour ligne manuel
 — Pauline Amy de la Bretèque (Paris Sorbonne) : Greffe et Bouture : botanique de la créolisation

 16h30 Lectures de textes en anglais par le groupe « Lectures féministes » Lectures d’extraits de textes traduits par Théophile Choquet, comédien.

 18h30 fin de la première journée

SAMEDI 20 MAI 2017

• Amphithéâtre Michelet 46 rue Saint Jacques Paris 75005 •

 09h00 chair : Corinne Bigot (Toulouse 2 Jean Jaurès)
 — Kaiama Glover (Barnard College, Columbia University, USA) : Caliban’s ‘Woman’ and the Procreative Trap : Jamaica Kincaid’s The Autobiography of My Mother
 — Natacha D’Orlando (Paris 8) : Le greffon et le parasite : corps avorté, corps décolonisé dans The Autobiography of my Mother
 — Simone Alexander (Seton Hall University, New Jersey, USA) : Postcolonial Hauntings : Ghostly Presence in The Autobiography of my Mother

 11h00 chair : Giovanna Covi (Université de Trento, Italie)
 — Key-note speak er : Daryl Dance (University of Richmond, VA) : In Search of Annie Drew

12h00 Déjeuner

 13h30 chair : Françoise Simasotchi (Paris 8)
 — Darline Alexis (ENS Haïti) : Recouvrir et révéler : la nature dans Mr. Potter de Jamaica Kincaid Retour ligne manuel
 — Eleonor Byrne (Université de Manchester) : After the Plantation : Tropical Gothic and the Globalised Garden
 — Paola Boi (Université de Cagliari, Italie) : From the Other Side : James Baldwin, Jamaica Kincaid and the Extravagance of Double-Consciousness

15h00 Pause

 15h30 chair : Françoise Kràl (Université de Caen, Basse Normandie)
 — Patricia Donatien (Université des Antilles) : Terres rapportées : greffes de langues, greffes de genre dans My Brother de Jamaica Kincaid
 — Myriam Moise (Université des Antilles) : Jamaica Kincaid and Olive Senior : Gardening Through History, Cultivating New Female Subjectivities

 18h00 Conclusion du colloque

Séminaire Géographies féministes et temporalités interrompues

Collège international de philosophie

octobre-décembre 2017

sous la direction de Mara Montanaro

Séminaire organisé en collaboration avec le LEGS (Laboratoire d’études de genre et de sexualité CNRS – UMR 8238) et le Département d’études de genre de l’Université Paris 8

 Le séminaire se propose de travailler sur une généalogie des concepts de la philosophie politique contemporaine qui se sont révélés incontournables pour les mouvements et les théories féministes, notamment depuis la fin des années 1960. Lors des séances dont se composera ce séminaire auxquelles participerons des philosophes, sociologues, politistes, écrivaines et artistes féministes et militantes on réfléchira sur la genèse ainsi que sur l’actualité (théorique et politique) des concepts tels que libération, pratiques de résistance, subjectivité, expérimentation, vulnérabilité, sexe, race, classe, subalternité, frontière, marge, etc.). Une telle démarche impliquera de mettre en évidence la manière dont un certain nombre d’outils conceptuels qui trouvent leur cadre d’origine dans la philosophie du vingtième siècle ont été empruntés, réélaborés, utilisés dans les théories et dans les pratiques politiques féministes et qui on permis de forger des vocabulaires spécifiques (et qui souvent se sont par ailleurs hybridés) comme celui du féminisme matérialiste français (Guillaumin, Delphy, Mathieu, Wittig) ; du féminisme poststructuraliste et postcolonial (Haraway, Butler, Mahmood, Spivak), du Black feminism (b. hooks, Lourde, Davis) et du féminisme décolonial (Anzaldua, Alarcón, Moraga, Lugones). A partir de ce cadre nous nous focaliserons davantage sur la manière dont les mouvements et les théories féministes ont redéfinis les cadres conceptuels et d’action politique par rapport d’une part à la matérialité de l’espace géographique et, de l’autre, à l’histoire et la temporalité des féminismes. Par ce biais nous analyserons l’expérimentation des nouveaux langages politiques et l’élaboration d’épistémologies situées de la résistance féministe en mesure d’offrir « une conceptualité de la subjectivité » politique plurielle et en devenir.

 

 

NB Inscriptions obligatoires sauf pour la séance à l’Université Paris 8 (voir en bas de page)


 

 

 

Calendrier des séances

 

1) Jeudi 5 octobre 2017, 19h-21h, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris (Salle à préciser)

 

Geneviève Fraisse (CNRS)


2) Jeudi 19 octobre 2017,19h-21h, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris (Salle à préciser)

 

Jules Falquet (Université Paris Diderot)

 

Joao Gabriell (blogueur et militant politique)


3) Jeudi 26 octobre, 19h-21h, Université Paris 8 (Salle à préciser)

 

Houria Boutelja  (porte-parole du PIR)

 

Kahena Sanaa (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, EsPAS)


4) Jeudi 9 novembre, 19h-21h, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris (Salle à préciser)

 

Nassira Hederjassi (Université de Reims, CEREP) ;

 

Rada Ivekovic (ancienne directrice du CIPh)


5) Jeudi 23 novembre, 19h-21h, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris (Salle à préciser)

 

Marie-Dominique Garnier (Université Paris 8, LEGS)

 

Mara Montanaro (Université Paris 8, LEGS)


6) Jeudi 7 décembre, 19h-21h, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris (Salle à préciser)

 

Anne-Emanuelle Berger (Université Paris 8, LEGS)

 

Philippe Sabot (Université de Lille 3, STL-UMR 8163)


 

NB : Inscriptions obligatoires (sauf pour la séance à Paris 8)

 

 

Ouvertes à tous, destinées à un large public, les activités du CIPh sont gratuites, en accès libre ou sur inscription (dans la limite des places disponibles). Une pièce d’identité (carte d’identité et passeport uniquement) pourra vous être demandé à l’entrée de chacun des lieux accueillant nos activités. L’accès à chaque lieu peut, en outre, être soumis à une inspection visuelle des sacs et à l’ouverture des manteaux.

Une inscription préalable est nécessaire pour chaque séance de séminaire. Les inscriptions sont ouvertes deux jours avant la date de la séance concernée et sont closes le jour de celle-ci à 10h selon les modalités suivantes :

 

  • sur le site http://www.ciph.org, rubrique “INSCRIPTIONS Modifications de programme”
  • par téléphone au 01 44 41 46 82 uniquement (laisser un message sur le répondeur en épelant vos nom, prénom et en précisant vos coordonnées téléphoniques, ainsi que le nom du responsable et la date de l’activité)

 

 

Lors de votre participation à une séance, vous aurez la possibilité de vous inscrire à la séance suivante (et uniquement celle-ci) auprès du responsable du séminaire. 

Toute personne non inscrite selon ces modalités se verra refuser l’accès aux salles où se déroulent les séminaires. 

 

 

Blog séminaire  : https://philosophiefeminismes.wordpress.com

 

 

Bourses pour des études en Nouvelle-Zélande

Dans le cadre du programme de bourses « Dream NEW », on recherche des étudiants ayant le goût de l’aventure, qui seraient heureux de passer un semestre d’études en Nouvelle-Zélande. D’une valeur totale de 69.000 €, les 25 bourses subventionnent un semestre dans l’une des 10 plus prestigieuses universités de Nouvelle-Zélande.

http://www.european-funding-guide.eu/fr/bourse/dream-new

 

D’autres bourses sont à découvrir sur le site : www.european-funding-guide.eu/fr

Séminaire Correspondances, itinéraires, di/vergences, croisements entre Littératures, genre, pensées

Séminaire inter-universitaire 2017/2018

Université Paris 8 - UMR LEGS

Séminaire Genre, historiographies et histoires des arts : le matrimoine en question

Ce séminaire est un atelier de recherche, ouvert aux étudiant-e-s de master, aux enseignant-e-s chercheuses/chercheurs, doctorant-e-s. Il est conçu comme un espace d’échanges et de réflexions communes.

Cadre thématique :

En questionnant la présence d’artistes femmes et le genre, les histoires des différents arts peuvent être appréhendées de façons renouvelées, à la fois en termes de contenus et de méthodes, jusqu’à poser la question des présupposés de l’historiographie.

L’approche s’inscrira nécessairement dans la perspective des études de genre, interrogeant les rapports de pouvoir, les hiérarchies induites par le genre, mais aussi la façon dont le genre croise d’autres perspectives, comme les questions de classe ou de race. Elle sera pluri- et interdisciplinaire, mettant en relief les parallèles et les divergences dans les différents domaines artistiques. Les modalités d’analyse pourront être variées, esthétiques, anthropologiques, littéraires, etc.

Organisation :

Chaque journée se déroulera autour de 2 présentations, matin et après-midi. Il ne s’agit pas de travaux aboutis, mais de recherches en cours. Chaque présentation, d’environ 1h sera suivie d’1h 30 de discussion. L’objectif est de mutualiser les compétences, les approches, et de permettre à chacun-e – intervenant-e ou non – de bénéficier de la collaboration de tou-te-s.

L’approche de cet atelier étant pluridisciplinaire et transhistorique, pour permettre au groupe de mieux appréhender la présentation, chaque intervenant-e fournira une semaine auparavant un résumé exposant le thème et le contexte pour permettre aux personnes qui ne sont pas spécialistes de mieux suivre, ainsi que les questions à discuter lors de la séance, la façon dont la collaboration du groupe est sollicitée.

Calendrier :

Les mardis 26 septembre, 14 novembre, 6 février, 27 mars, 17 avril, 15 mai.

Horaires : 10h à 16h 30.

Lieux : à préciser à la rentrée, sans doute à l’Université de Paris X Nanterre.

Inscriptions : Hélène Marquié : helene.marquie@univ-paris8.fr

 

 

Séminaire avec Joan Scott, les 26 et 27 septembre, paris8

Joan W. Scott
historienne, professeure émérite à l’Institute for Advanced Study (Princeton)

PDF - 185.7 ko

1
MARDI 26 SEPTEMBRE 2017 À 18H, AMPHITHÉÂTRE D001
« Genre et politique. Trente ans après »
conférence publique (en français) ouverte à toutes et tous
2
MERCREDI 27 SEPTEMBRE 2017 DE 15H À 18H, BÂTIMENT A :
séminaire (en français)
Autour de La politique du voile (éd. Amsterdam, 2017)
avec Joan W. Scott, Joëlle Marelli (traductrice),
Nadia Yala Kisukidi et Bertrand Ogilvie (philosophie),
Éric Fassin (études de genre et science politique), Université Paris 8

à l’invitation des départements d’études de genre, de philosophie et de science politique,
et avec le soutien du LEGS (Laboratoire d’études de genre et de sexualité)

Séminaire « Genre et monde carcéral. Perspectives éthiques et politiques »

Le laboratoire Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie et de la Société (IDHES) de l’ENS-Cachan organise, à partir de la rentrée universitaire 2017, un séminaire de recherche intitulé « Genre et monde carcéral. Perspectives éthiques et politiques ». Ce séminaire a pour objectif de construire une réflexion sur l’émergence récente, dans le champ des sciences sociales, de travaux portant sur les femmes en prison et d’engager un questionnement sur le rapport entre genre et expériences carcérales. Il s’agira d’interroger les transformations en cours du monde carcéral et d’identifier leurs effets sur la détention féminine en particulier.
Notre premier souci sera de restituer l’état des travaux antérieurs et les questionnements qui ont façonné ce nouveau champ de recherche afin de ressaisir ses conditions d’émergence. Les différentes interventions de l’année, au nombre de huit, s’attacheront à donner un premier état des lieux à travers un ensemble de thématiques, entre autres : le lien entre le statut d’auteur-es et de victimes de violences ; l’incarcération de masse à l’aune du partenariat public/privé ; l’incidence des normes de genre sur les figures persistantes des femmes criminelles ; le rapport entre violences sexuées et parcours carcéraux. En faisant ainsi dialoguer des travaux menés en Europe sur le monde carcéral dans une perspective intersectionnelle des rapports de domination, les différentes contributions présenteront les diverses méthodes d’enquêtes selon les régimes disciplinaires observés.

Programme :

PDF - 90.7 ko

Séminaire doctoral « Genre et sexualité en migration : laisser la parole sans parler à la place »

Ce séminaire doctoral est lié au projet lauréat de l’Université Paris Lumière, coordonné par le LEGS et associant le Musée de l’histoire de l’immigration et l’Institut national de l’audiovisuel.

Les différentes conférences, interventions, projections et discussions viseront à réinterroger les discours, académiques, médiatiques ou politiques sur le genre et la sexualité des migrant.e.s, en inversant la perspective conventionnelle sur ces questions, puisqu’il s’agit ici de partir de leurs paroles et de leurs récits. 

En effet, force est de constater qu’en Europe, les peurs sociales sur le « problème de l’immigration », et désormais sur la « crise des réfugiés », s’expriment bien souvent, en particulier depuis le début des années 2000, en termes de genre et de sexualité. On s’inquiète du sexisme (mais aussi de l’homophobie) des autres cultures, dont les agressions collectives contre des femmes, à Cologne et ailleurs, seraient aujourd’hui le symptôme comme l’auraient été hier les « tournantes » dans les banlieues ; et l’on relance régulièrement les polémiques sur le « voile islamique » (ou la polygamie, ou les mariages forcés, ou les relations sexuelles non consenties entre réfugiés et bénévoles ou encore les mutilations sexuelles). Ces discours se traduisent en politiques sexuelles – avec d’un côté l’apparition de mesures de protection accordées à certain.e.s « migrant.e.s sexuel.le.s », qui fuient les persécutions liées à leur sexe, à leur identité de genre ou à leur sexualité, mais de l’autre, la remise en cause du droit au regroupement familial. Bref, du sexe de la migration, il est constamment question : c’est qu’il est mobilisé pour définir, en miroir, les identités nationales européennes.

À partir de fonds archivistiques, d’œuvres théâtrales ou cinématographiques, de documentaires d’ethnofiction ou de matériaux réunis avec des migrant.e.s, nous faisons le choix de lire, de regarder et d’écouter leur expérience, dans le double contexte et avec la double contrainte de leur société d’origine et de la société d’arrivée où elles et ils sont constamment « parlé.e.s ».

 

Programme (salle à confirmer)

 

-Le vendredi 20 octobre, 16h00 à 18h30 : Présentation du projet GSM par Eric Fassin (Paris 8 - LEGS), Caroline Ibos (Rennes 2 - LEGS), Hélène Nicolas (Paris 8 - LEGS) et Marta Segarra (CNRS - LEGS)

-Le jeudi 16 novembre de 18h00 à 20h30 : Alice Diop, projection et présentation de Vers la tendresse (38’) - discutant.e.s : Eric Fassin (Paris 8 - LEGS) et Céline Gailleurd (Paris 8)

-Le vendredi 1er décembre de 16h00 à 18h30 : Nicola Mai (Kingston University London), projection et présentation de Travel (63’) - discutante : Caroline Ibos 

-Le vendredi 26 janvier de 16h00 à 18h30 : Daniel Borrillo (Paris 10) et les Lesbiennes of colour.

-Séances de février, mars et avril : dates à préciser ultérieurement

-Le vendredi 25 mai de 16h00 à 18h30 : Jennifer Cole (University of Chicago) et Gwenola Ricordeau

-Séance de juin : date à préciser ultérieurement

 

Séminaire Penser le sexuel entre psychanalyse et études de genre 2017-2018

Animé par Anne E. Berger (UMR LEGS, UPL/ CNRS/ Paris 8) et Fabian Fajnwaks (Section clinique, Paris 8) : Lectures croisées

 Cette année, le séminaire propose des lectures d’un certain nombre de textes fondamentaux à la croisée épistémologique de la psychanalyse et des études de genre. Chaque intervenant.e prendra en charge le commentaire d’un de ces textes, commentaire qui sera suivi d’une discussion avec le public. Les textes seront dans la mesure du possible distribués à l’avance, pour favoriser la reprise collective de la lecture proposée.

Lundi 23 octobre : Isabelle Alfandary, professeure de littérature américaine à Paris Sorbonne Nouvelle, psychanalyste, présidente du CiPH : J. Lacan "D’un discours qui ne serait pas du semblant", chap. "Un homme, une femme". 

Lundi 13 novembre : séance à préciser

Lundi 12 février : Pascal Pernot, psychanalyste, anthropologue. Gayle Rubin, "The Traffic in Women. Notes toward a Political Economy of Sex” (Le marché aux femmes)

Lundi 12 mars :Monique David-Menard, philosophe, psychanalyste, professeure émérite à Paris Diderot. J. Butler : La vie psychique du Pouvoir

Lundi 9 avril : Judith Revel, philosophe, professeure à Paris Nanterre : Teresa de Lauretis, Pulsions freudiennes

Lundi 28 mai : Sophie Marret-Maleval, psychanalyste, professeure au département de psychanalyse de Paris 8 : Beatriz Paul preciado : Testo Junkie

 
Le séminaire est ouvert au public. Il a lieu le lundi de 18h à 20h à la Fondation Robert de Sorbon, 214 boulevard Raspail, 75014 Paris, metro Vavin.
 

Projection Film "Vers la tendresse" A Diop, 16 novembre 18h15

Jeudi 16 novembre, Université Paris 8, Amphi X à 18h15- 21h

Rencontre avec la cinéaste Alice Diop et projection du film Vers la tendresse (36 minutes, César du court-métrage en 2017).

La rencontre, animée par Eric Fassin et Céline Gailleurd, est co-organisée par le Laboratoire d’études de genre et de sexualité (LEGS), le projet Genre et sexualité en migration, et l’atelier de rencontres du Master cinéma (ESCTA) — Esthétique, Sciences et Technologies du Cinéma et de l’Audiovisuel.

 

Séminaire du LEGS ouvert à tou.te.s !

 

PDF - 118.2 ko


Rencontre avec Nicola Mai (Kingston University London) et projection de son film Travel (2016, 63 min).

Vendredi 1er décembre, MSH Paris Nord, Salle 401

Rencontre avec Nicola Mai (Kingston University London) et projection de son film Travel (2016, 63 min).

La rencontre, animée par Caroline Ibos est organisée par le projet "Genre et sexualité en migration"du laboratoire LEGS.


 Ouvert à tou.te.s !

Séminaire l’asile pour les minorités sexuelles, 26 janvier 2018, Paris8

Séminaire "L’asile pour les minorités sexuelles"

 

Vendredi 26 janvier 2018

16h-18h30, Université Paris 8, Salle G-2

 

 

** Daniel Borillo (Maître de conférences HDR, juriste, Université Paris 10) : "Statut de réfugié : production et instruction de la preuve de la sexualité"

 

** Sabreen Al’Rassace et Karima El Kharraze (Réalisatrice et metteuse en scène, activistes du groupe LOC’s - Lesbiennes Of Color) : "De l’expérience de l’accueil des personnes LGBTQI, en particulier des femmes, lesbiennes et trans"

 

La rencontre, animée par Hélène Nicolas, Eric Fassin et Manuella Salcedo, est organisée par le projet "Genre et sexualité en migration" du laboratoire LEGS et de la COMUE Université Paris-Lumière.

 

Ce séminaire a lieu une fois par mois. Vous trouverez les infos ici : http://www.genre.univ-paris8.fr/

 

 Ouvert à tou.te.s ! 

 

Université Paris 8, 2 rue de la liberté, 93 200 Saint-Denis

Métro ligne 13, arrêt Saint-Denis Université